calligraphie japonaise, kimono japonais, papier origami, kokeshi, manekineko, bijoux et accessoires du Japon, objets déco japonais, jouets traditionnels japonais
La Boutique Japonaise.frLa boutique japonaise
Des idées de cadeaux authentiquement japonais, pour faire plaisir et se faire plaisir !
 Recherche : OU
| Nous écrire | Contactez-nous Besoin d'aide ? | 0 article(s) 0 €
     
  En rayon...
  Articles féminins
  Bento, Bols, Baguettes
  Calligraphie
  Carterie
  Décoration
  Encens, Sels, Thé…
  Espace créateurs
  Eventails
  Jeux et jouets
  Kimono, Zori, Tabi…
  Kokeshi, Manekineko...
  Langue Japonaise
  Papier origami

Le coin des promo !

  En savoir plus
 » Comment commander
 » Le paiement sécurisé
 » Les frais de port
 » Les conditions de livraison
 » Qui sommes-nous ?

 C'est à vous
 » Livre d'or 132 messages
 » Buzzez... !!
 » Ecrivez à vos amis
 » Restons en contact

  Mon compte
 mail :
 code :
  » code client oublié ?

laboutiquejaponaise.fr
 Revenir à l'accueil

Site mis à jour le 15.09.14

 

Eventails

Petit panorama des éventails japonais.

Les éventails, probablement utilisés au Japon depuis les temps les plus reculés, et certainement depuis l'introduction du bouddhisme, devinrent rapidement un article de telle nécessité qu'ils furent bientôt typiques, tout au moins pour les Occidentaux, de la civilisation japonaise.

Leur usage est répandu dans toutes les classes de la société, depuis le shibu_uchiwa qui sert à attiser les braises dans la cuisine (et symbolique du kami de la pauvreté, Bimbô-gami) jusqu'au gumpai-uchiwa de métal utilisé par les chefs de guerre pour diriger leurs troupes. Prêtres shintô, religieux bouddhistes, acteurs de Nô, musiciens, arbitres de Sumô, il n'est pas une catégorie de personnes qui ne les utilise quotidiennement.

Les Uchiwa

On distingue deux sortes d'éventails, ceux qui ne sont pas pliants, appelés uchiwa, et les pliants, appelés ôgi. Les plus anciens uchiwa étaient en bois et décorés parfois de peintures. Puis on les fabriqua en cuir laqué et enfin en papier tendu sur de fines lamelles de bambou qui, réunies à leur base, formaient le manche. Ils affectaient des formes diverses, carrées, arrondies, rondes, etc.

Leur forme se prêtant à la décoration, ils furent souvent utilisés comme support par les peintres, ainsi que par les calligraphes, surtout pendant la période de Heian (794-1185).

Les Ôgi

Les ôgi, d'abord utilisés par les hommes, furent à l'origine constitués par des plaquettes de bois reliées entre elles (hi-ôgi). Ils s'allégèrent par la suite et furent alors réalisés en papier ou tissu collé sur de fines lamelles de bois ou d'ivoire.

Certains éventails étaient si beaux qu'on imagina de les décoller pour en décorer des paravents (byôbu). La forme de ces ôgi inspira également des peintres qui réalisèrent des tableaux imitant leur forme. Ils servirent également de support tout comme les uchiwa, à la calligraphie de poèmes ou de sûtra bouddhiques. D'autres inspirèrent aux aristocrates oisifs des jeux comme le tosenkyô ou encore l'ôgi-nagashi.

A partir de l'époque d'Edo (1600-1868), les éventails furent souvent utilisés à des fins publicitaires. Encore de nos jours, restaurants et boutiques offrent des éventails, uchiwa ou ôgi, marqués de leur nom et adresse. Des temples se sont fait une spécialité de vendre à leurs dévots des charmes (o-mamori) en forme d'éventails, comme les hôsen gravés de caractères sanskrits du Tôshôdai-ji de Nara, par exemple. En 1701, la vogue des éventails décorés atteignit un tel point, certains valant des fortunes, que le shôgunat promulgua un édit pour interdire la fabrication et l'usage des éventails trop coûteux.

La fabrication d'un ôgi

La fabrication d'un ôgi commence par le pliage en accordéon des feuilles à l'aide d'un solide guide en papier imperméabilisé avant leur mise sous presse.

Les feuilles recto et verso sont ensuite contrecollées avant que soit introduit le faisceau de tiges déjà montées en éventails.

Chaque membrure se compose d'une partie visible, de largeur constante, et d'une partie qui va en s'effilant, sous le papier. Les maîtres-brins s'appellent oya-hone ; il sont légèrement incurvés en dedans pour tenir les autres nervures bien serrées, quand l'éventail est fermé.

Tous les brins sont réunis par un petit morceau de tube rivé sur ses deux extrémités par des rondelles métalliques : c'est le kaname, l'« oeil de crabe ».

Une trentaine d'opération sont nécessaires pour fabriquer un éventail de qualité.

 
  C'est CADEAU
A partir de 3 articles de calligraphie commandés, recevez gratuitement notre guide pour apprendre à tracer les kanji.

  Choisir...
  ... par thème
 »
  ... par couleur
 »
  ... par matière
 »
  ... par budget
 »

  Plus d'info sur...
 » son kimono
 » son inden
 » son tenugui
 » ses jeux traditionnels
 » sa kokeshi
 » son éventail
 » son jizo
 » son encens neriko
 » son daruma

  Espace créateurs
ESPACE CREATEURS !
Si vous êtes ou si vous connaissez un(e) créateur(trice) dont le thème est japonais,
contactez-nous !

 

 

 

| Qui Sommes-nous ? | Mentions légales | Conditions générales de vente |
© 2005-2014 La Boutique Japonaise - Tous droits réservés
contact@laboutiquejaponaise.fr